Archives de Catégorie: Analyse

Dossier: Internet et Vie Privée


Depuis quelques semaines le débat sur la vie privée et le respect de la vie privée ne cesse de chauffer et de faire « peur » aux adeptes d’internet.  Les utilisateurs des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google Buzz …) et les blogueurs semblent être les plus concernés car c’est là où on a plus tendance a étaler des informations sur notre vie privée et sur celle de notre entourage. Cette question, de vie privée, « dérange » de plus en plus les deux géant d’internet à savoir Google et Facebook.


  1. Facebook: Le réseau social à 500 Millions d’utilisateurs:

Facebook est devenue récemment le premier site visité aux USA, il compte aujourd’hui 500 millions d’utilisateurs (pour donner un ordre de grandeur : l’union européenne compte 500 millions d’habitants) et aura bientôt le film de son histoire nommé « The social Network » . Un grand succès, malgré les « assauts » portés à son encontre: Les attaques (en justice ou autres) se multiplient et les utilisateurs se sentent mal à l’aise et de moins en moins en sécurité mais au même temps ils sont attachés à ce réseaux comme ils ne l’ont jamais étaient.

« The social Network » est principalement critiqué pour avoir transformé la vie privée des ses utilisateurs en un potentiel commercial. En effet, la firme détient des informations confidentielles des personnes qui y sont inscrites (des emails, des photos, des messages, des sites webs … etc) , mais que font-ils de toutes ces informations ? l’introduction de la nouvelle fonctionnalité « j’aime » disponible sur plusieurs site et/ou blog est-elle innocente ? comment font-ils pour gagner autant d’argent (Marc Zuckerberg le fondateur de Facebook est devenue la 212e fortune mondiale) ?

Pour répondre à ces questions, citons deux exemples: en juillet 2009, un américain a découvert la photo de sa compagne sur une pub d’un site de rencontre, image récupérée par une application Facebook. Ou pire encore, depuis deux semaines, on parle des 100 milles profils Facebook piratés et téléchargeables sur le net. Il est donc claire que nos informations, une fois mise sur le réseau Facebook, ne nous appartiennent plus et peuvent être utilisés sans notre consentement. Ces « scandales » viennent confirmer les propos tenues par Zuckerberg :

« J’ai près de 4000 adresses mail, photos, adresses… Les gens me les ont données, j’ignore pourquoi. Ils me ‘font confiance’. Putain d’abrutis »

Afin de rassurer les internautes, le site américain Gawker a préféré piéger le fondateur de Facebook dans « son propre jeu » en mettant en ligne des photos de la vie privée de celui ci et confirmant ce qu’il n’a pas cessé de nous répéter, à savoir:

« L’ère de la vie privée est finie, nous avons décidé des nouvelles normes sociales sur Internet ».

Etant donnée que Zuckerberg ne compte pas « respecter » la vie privée des utilisateurs de Facebook, plusieurs « Facebookeurs » se sont révoltés et commencent à se demander si le faite de quitter Facebook devenait une obligation. Une application de « suicide virtuel » a vue le jour sur le web et dont l’objectif est d’aider les gens à disparaître totalement de la toile. Cette tentative a eu un rejet de la part de Facebook qui a bloqué l’accès de cette application à sa plateforme. Une autre action de « révolution » s’est manifestée notamment par l’organisation des QuitFacebookDay (Le 31 Mai 2010 25000 personnes ont préféré tourner le dos à Facebook).

Malgré ces tentatives, Facebook continue à séduire et voit toujours le nombre de ses utilisateurs augmenter. Mieux encore, après la superbe application Open Graphe, les développeurs de Facebook viennent d’ajouter une nouvelle fonctionnalité permettant de « partager » son emplacement avec ses amis. Ils comptent tracer notre vie !

2. Google le géant à 2 Millions de serveurs:

Avec plusieurs services offerts, Google est incontestablement le numéro 1 du net. Google prend de plus en plus de place dans nos vies et devient de plus en plus indispensable pour nos recherches, orientations, communications bref pour à peu près tous ce qui nous entoure.

Içi, pour faire court, on va rappeler quelques propos tenues par le PDG de Google Eric Schmidt lors de la conférence Techonomy, mercredi 4 août:

« Si je regarde suffisamment vos messages et votre localisation, et que j’utilise une intelligence artificielle, je peux prévoir où vous allez vous rendre. Montrez-nous 14 photos de vous et nous pourrons vous identifier. Vous pensez qu’il n’y a pas quatorze photos différentes de vous sur Internet ? Il y en a plein sur Facebook ! »

Schmidt prédit, donc, la fin de l’anonymat sur internet et qu’on aura droit à une « transparence totale ».

Les « dérapages » de Schmidt sont multiples, pour rappel voici quelques phrases:

En décembre 2009 dans une interview accordé à World Street Journal:

« Si vous faites quelque chose et que vous ne voulez que personne ne le sache, peut-être devriez-vous déjà commencer par ne pas le faire »

Le 18 Aout 2010, il a annoncé que:

« Nous savons grossièrement qui vous êtes, ce qui compte pour vous, qui sont vos amis »

« Tout individu sera un jour automatiquement autorisé à changer son nom à l’âge adulte de manière à renier les hauts faits enregistrés par ses amis sur les réseaux sociaux de sa jeunesse. »

Ces déclarations, très osées, font peur car pour les personnes qui veulent garder un minimum d’intimité dans leurs vies, l’attitude du PDG de Google est inquiétante !

Avec tous ce que nous avons vu et en parcourant plusieurs site de sensibilisation sur la vie privée (http://jeunes.cnil.fr/débat sur la vie privée) , je me suis posé plusieurs questions et voici les plus importantes:

Sommes-nous conscient du danger ? Sommes-nous fichés pour toujours ?

Faut-il imposer des limites aux géants du net ?

Mais, nos vies sont-elles réellement en danger ou ce n’est qu’une illusion ?

Qu’en pensez vous ?

Publicités
Tagué , , , , , , ,

Médias: Le palmarès des journaux en ligne en Tunisie


Le tunisien commence à migrer vers le net pour s’informer, et les journaux en ligne commencent à se livrer une bataille féroce.Il existe trois types de médias influant en ligne en Tunisie. Les journaux traditionnels ayant une certaine popularité dans les kiosques de tabac, un nouveau type de média qui est entrain de naître, l’exclusivement online, mais aussi un acteur incontournable, les radios privées. En tête de liste on retrouve Mozaïquefm.net qui a compris depuis le lancement de son site, l’importance de se positionner sur ce marché avec un contenu rédactionnel court et précis, du coup la première radio privée de Tunisie reste la première source d’information en ligne pour le football et le 12ème site le plus consulté en Tunisie en chute de 2 places en comparaison avec Janvier 2010. On retrouvera un deuxième site de radio privée Jawharafm.net à la 71ème* place du top 100 des sites les plus visités en Tunisie, une chute de 13 places.

Pour les journaux, on retrouve au top du classement Babnet.net qui revient en puissance suite a sa chute d’audience en fin d’annee 2009 et reprend 22 places. WMC se maintient a la 44ème place en gagnant une place. Quand au sortant du top 100, il y a  la presse et Alchourouk qui degringolent…

Pour les journaux en ligne en retrouve:

  • +22 41 ème* Babnet.net qui a retrouve sa place de leader car il a su s’adapter sur la forme et le style de sa rédaction et redevient la premiere source d’informations.
  • +1 44 ème* WMC qui offre une version arabe et une version culture depuis un certains temps et qui se positionne pour concurrencer les grands journaux en langue arabe qui n’arrivent toujours pas a decoller.
  • +2 45 ème* Assabah.com.tn qui reste encore leader des journaux en Tunisie et à bien su s’exporter sur le net et bénéficie encore d’une bonne assise populaire.
  • +5 50 ème* Business.com.tn spécialisé dans le business comme son nom l’indique, qui représente aussi un concurrent qui a du potentiel par rapport à WMC.
  • 58ème* Tuniscope qui revendique le fait d’etre un portail réservé a Tunis mais qui élargit de plus en plus sa ligne rédactionnelle et s’éloigne du contenu principal…
  • +24 68ème* Leaders.com.tn qui reste encore très peu productif mais qui répond à une attente de certains internautes tunisiens, cependant, ce qu’ils ont su faire c’est avoir leur propre style prononcé encore un peu timide pour l’instant.
  • +21 70 ème* Tekiano.com un média, qui me semble-t-il s’écarte parfois de l’image qu’il veut donner pour chercher du référencement que j’appelle (Cheap SEO)  mais qui reste néanmoins le premier média techno en Tunisie et grignotte des parts de marché à vive allure, (il ne figurait pas dans le top 100 il y a encore 8 mois)
  • -20 86 ème* Globalnet.tn qui dispose d’une équipe rédactionnelle assez réactive sur le net même si à la base GlobalNet a un coeur de métier qui n’est pas le journalisme, ce qui traduit leur perte de place en site peu de temps.Les sortant sont:
  • -24 119 ème* LaPresse.tn qui ne semble pas trouver de solution pour se mettre en avant face à cette concurrence et qui continue a promouvoir la langue de bois.
  • -52 138 ème* Alchourouk.com timide mais qui a du potentiel rédactionnel seul hic c’est l’élégance de son site.

Voici un comparatif sur la fréquetation sur certains de ces sites sur les trois derniers mois.

*Source: Alexa.com, comparaison avec les chiffres de Janvier 2010.

Un soucis pour babnet qui doit etre corrige dans l’urgence:

Average Load Time for Babnet.net

Very Slow (5.344 Seconds), 84% of sites are faster

Tagué , , ,

Cellulaires: l’Afsset confirme l’effet sur le corps humain


Dans son rapport du 15 Octobre, l’Afsset (Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et de Travail), « met en évidence l’existence d’effets des radiofréquences sur des fonctions cellulaires » ceci vient après une dizaine d’études expérimentales jugées par l’Afsset comme irréfutables.

Néanmoins, jusqu’à aujourd’hui, aucun mécanisme d’action entre les radiofréquences et les cellules pour des niveaux d’exposition non thermique n’a été identifié.

 » De même le niveau de preuve épidémiologique concernant des excès de certaines tumeurs reste très limité. A contrario, un nombre important d’études ne rapporte pas d’effet particulier. Au total, le niveau de preuve n’est pas suffisant pour retenir en l’état des effets dommageables pour la santé comme définitivement établis. »

Face à ces incertitudes l’Afsset recommande de:

  • Développer la recherche, pour lever les incertitudes qui demeurent et se tenir aux aguets des signaux nouveaux qui émergeraient.
  • Réduire les expositions du public.

Les téléphones portables sont une priorité pour l’Afsset puisqu’ils sont la première source d’exposition du public, ainsi on doit priviligier les téléphones les moins exposants aux ondes électromagnétiques.

Tagué , , , , ,

Tunisie: Les enjeux pour le Consortium Divona-France Télécom


Le Consortium Divona-France Télécom qui sera présenté sous une variante Orange aura beaucoup de défis et d’enjeux qui vont le concerner. Le défis premier pour cet opérateur sera, dans la mesure du schèma de l’appel d’offre, de déployer rapidement sur les grandes villes tunisiennes, l’infrastructure nécessaire pour la technologie 3G. Mais les enjeux ne concerneront pas seulement l’aspect technique du déploiement de la 2G/3G mais aussi sur l’aspect marketing de son approche vis à vis du marché tunisien.
Le défis sera donc d’améliorer le taux de pénétration du marché ce qui n’est pas simple, car le marché tunisien est assez spécial et différent des marchés européens vu la différence entre le niveau de vie moyen des clients potentiels. Le nouvel opérateur aura aussi comme inconvénients la saturation du marché du mobile et la concurrence au niveau des FAI. L’innovation qu’il pourrait apporter serait de l’ordre marketing ou technique par rapport à l’offre mobile, une expérience de mobilité restreinte pourrait être envisagé, à l’instar de l’opérateur marocain WANA ,qui a développé cette offre alternative, ce qui permettra dans un premier temps de dynamiser le marché à travers l’innovation et les produits proposés, notons aussi que le taux de pénétration du mobile en Tunisie atteint les 82%.
Divona-France Télécom ne planchera pas uniquement sur la téléphonie mobile 2G/3G, mais aussi sur le fixe. Cependant l’offre fixe ne sera pas lancé sur la base du fixe en soit mais couplé avec le Broadband (ADSL) car le taux de pénétration qui atteint les 12 % pour la téléphonie fixe en Tunisie ne laisse pas une marge d’action assez importante. Dans un marché de l’internet qui ne cesse d’évoluer, dans le contexte actuel en Tunisie, on pourrait présager une amélioration rapide des services et une stabilité relative des prix du point de vue opérateurs, donc l’opérateur devra faire avec les marges existantes sur le marché actuel avec une concurrence rude de la part de Tunisie Télécom et de plus sans disposer au préalable d’une infrastructue propre à lui. D’où un autre défis qui apparaît clairement, le fait de lancer sa propre infrastructure pour le fixe, mais le dégroupage représentera surement dans ce cas précis la solution, et ce en utilisant le réseau de l’opérateur historique Tunisie Télécom.
L’organisme qui régule les télécommunications en Tunisie, l’Instance Nationale des Télécommunications (INT) a déjà lancé, bien avant l’appel d’offre, les discussions autour du dégroupage, du partage d’infrastructure, de la co-localisation physique et de l’itinérance nationale qui représentent les enjeux majeurs pour l’évolution des réseaux de téléphonie, de haut-débit et l’ouverture à la concurrence. D’ici le 1er Janvier 2010, la vision marketing et les offres proposées devraient prendre forme et nous dévoiler l’approche que va entreprendre ce nouvel entrant sur le marché Tunisien.

Une offre triple-play sera sûrement l’offre qui fera plier Tunisie Télécom et Tunisiana, mais est-ce que le marché tunisien aura la capacité à suivre ? réponse en Janvier 2010.

Tagué , , , , , , , , , , , ,